Publié par Laisser un commentaire

parc zoologique vernon

En France, certains sites, comme la Vallée des Singes en Romagne ou le Marineland d’Antibes, ont rejoint le SNELAC, le syndicat français chargé de mettre en avant les loisirs de ses membres. nnD’autres parcs privés ( CERZA en 2006, Beauval en 2008, Pal et La Flèche en 2013 ) ont élaboré des structures d’hébergement hôtelier pour prolonger le voyage de leurs triathlètes outre la journée. Le volume de lieux d’hébergement originales où les animaux peuvent dormir avec eux augmentera en 2016 sous l’appelation de ‘ zoofaris ‘ 18. nnEt certains associent de plus en plus la production classique des animaux à la mise en valeur d’un cadre historique ( comme pour le Château de Thoiry ), paysager ( comme le Bioparc de Doué-la-Fontaine, bâti sur d’anciennes carrières de faucons développées ) ou botanique ( comme dans l’ancien zoo de Saint-Jean-Cap-Ferrat où une riche flore des tropiques et subtropicale se sont fait connaître ).

Pour remplir sa mission de centre de conservation de la nature au XXIe siècle, le monde des zoos est en pleine restructuration. Cela entraine la conception et la fédération d’associations nationales ( SNDPZ, ANPZ, CEPA en France, CAZA au Canada ) et internationales ( EAZA pour l’europe, AZA pour l’Amérique du Nord, WAZA au niveau mondial ) et la mise en œuvre de plans de sélection européens ( EEP ) et nord américains ( SSP ) en 1985 et 1981. Ces organismes ont tendance à rassembler les parcs dans leur désir de conservation. Au-delà des limites, il y a une grande coopération entre les zoos qui font du commerce ou se donnent réciproquement des animaux sans leur appliquer aucune valeur d’échange. Ceci pour optimiser la duplication et éviter la consanguinité. Ainsi, de nombreux négoces d’animaux entre zoos ( notamment au niveau européen ) sont organisés de façon à reproduire des individus génétiquement importants afin de ne pas perdre les gènes ‘ naturels ‘ et ainsi maintenir la lignée la plus pure possible pour une espèce donnée. d’un autre côté, le système international d’inventaire des races ISIS, mis au point aux États-Unis en 1973 pour enregistrer les données relatives à tous les animaux de zoo, a depuis été étendu au dans le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *