Publié par Laisser un commentaire

parc zoologique oran

Dans leur communication avec le grand public, les zoos se concentrent sur leurs carnets roses pour rehausser la valeur de les naissances des nouveau-nés. nnPour permettre une découverte récréative de leurs animaux, certains parcs ont développé, en plus de la traditionnelle randonnée pédestre, des circuits à parcourir en voiture, en bus, en train ou en monorail. nnPour plaire un large public, certains zoos dans le monde ont évolué vers des parcs d’attractions en ajoutant un certain nombre d’attractions touristiques : terrains de plage, attractions foraines, stands de musique, trains miniatures, bateaux pédestres, téléphériques, téléphériques, tours en ballon, tours dans les arbres, cinémas panoramiques, reconstitutions grandeur nature de dinosaures, labyrinthes végétaux, terrains de jeux, structures gonflables, brasseries et boutiques souvenirs…

Pour remplir sa quête de centre de conservation de la nature au XXIe siècle, le monde des zoos est en pleine restructuration. Cela entraine la création et la fédération d’associations nationales ( SNDPZ, ANPZ, CEPA en France, CAZA au Canada ) et internationales ( EAZA pour l’europe, AZA pour l’Amérique du Nord, WAZA au niveau mondial ) et l’élaboration de plans de sélection européens ( EEP ) et nord américains ( SSP ) en 1985 et 1981. Ces ferments ont tendance à rassembler les parcs dans leur désir de conservation. Au-delà des frontières, il y a une grande coopération entre les zoos qui font du commerce ou se donnent réciproquement des animaux sans leur appliquer aucune valeur d’échange. Ceci pour optimiser la duplication et éviter la consanguinité. Ainsi, de nombreux échanges d’animaux entre zoos ( notamment à la hauteur européen ) sont organisés de manière à reproduire des individus génétiquement importants afin de ne pas perdre les gènes ‘ d’origine naturelle ‘ et ainsi maintenir la lignée la plus pure possible pour une espèce donnée. d’un autre côté, le système international d’inventaire des espèces ISIS, mis au point aux États-Unis en 1973 pour enregistrer les stastitiques relatives à tous les animaux de zoo, a depuis été étendu au monde entier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *