Publié par Laisser un commentaire

Le flop "Onward" de Disney n'est qu'un début



Fondé en 1993 par les frères Tom et David Gardner, The Motley Fool aide des millions de personnes à atteindre la liberté financière grâce à notre site Web, nos podcasts, nos livres, notre chronique, une émission de radio, et des services d'investissement premium.
Il faudra des semaines et peut-être des mois avant qu'un studio rival ne frappe Disney ( NYSE: DIS ) du haut du box-office, mais ce n'est pas un compliment. Les cinémas du pays ont fermé au début de la semaine dernière, cimentant En avant en tête après une paire de week-ends ternes où il a régné en maître face à une concurrence sans intérêt.
Onward est peu susceptible de revenir au multiplex local lorsque les chaînes de théâtre rallumeront leurs projecteurs. Comme d'autres studios, Disney a pris la décision audacieuse de pousser le film dans la distribution numérique au détail. Il est disponible à l'achat sur tous les principaux marchés en ligne pour 19,99 $, et dans deux semaines, il sera disponible en streaming pour les abonnés Disney +.
Vous ne pouvez pas retourner dans les cinémas après une exécution terne sur l'écran argenté et large Distribution au détail. Lorsque les opérateurs de multiplex rouvriront au printemps ou en été, ce sera avec une nouvelle palette de films. Onward prendra sa retraite en collectant 61,6 millions de dollars de ventes de billets nationaux, le plus gros raté de Pixar de loin comme une sortie en salles. Sur la base des prix actuels de l'industrie, cela se traduit par moins de 7 millions de billets vendus aux États-Unis, donc si vous avez vu Onward dans son bref engagement théâtral, considérez-vous en compagnie rare, comme seulement 2% des le pays l'a vu avant que les exposants ne tombent dans l'obscurité . Il avait moins de deux semaines pour se pavaner. Le film d'animation par ordinateur n'a eu aucun problème à faire l'éloge de la critique, avec une bonne note d'approbation de 87% des critiques de cinéma et même un score de 95% des téléspectateurs interrogés par l'agrégateur d'avis Rotten Tomatoes.
Le timing est toujours moche. Il y a quelques années, un film pourrait se redresser avec de fortes ventes de DVD, mais les gens n'achètent pas de disques optiques comme ils le faisaient auparavant. Il y aura un bon nombre de personnes qui paieront près de 20 $ pour la sortie numérique, mais probablement pas autant que vous ne le pensez. Même si la majeure partie du pays se cache à la maison et a faim de contenu numérique frais, c'est un film qui sera disponible sans frais supplémentaires à diffuser pour près de 30 millions d'abonnés Disney + le 3 avril. Si vous êtes un fan de Disney et Pixar, il y a de fortes chances que vous soyez déjà membre Disney +. Si vous avez attendu deux semaines sans le voir au cinéma – comme 98% d'entre nous – vous pouvez attendre encore deux semaines maintenant.
L'industrie du cinéma était déjà en train de changer avant la perturbation historique. Les gens ne vont pas au multiplex de coin, et c'est une mauvaise nouvelle pour Disney. Il a sorti les six films les plus rentables de l'année dernière, mais même une usine à succès souffrira si personne ne va au cinéma.
COVID-19 a secoué l'industrie des studios de cinéma, et nous ne parlons pas seulement de la panne actuelle. Disney n'est pas le seul studio à se tourner vers la livraison numérique au lieu d'une sortie en salles pour des films qui ne peuvent pas simplement être sortis plus tard dans l'année. Rival Comcast ( NASDAQ: CMCSA ) propose une location numérique de 48 heures des versions de première exécution à un prix rigide de 20 $ . Si les consommateurs se tournent vers la livraison numérique – ou s’ils se rendent compte qu’ils n’ont plus besoin de salles de cinéma dans l’écosystème de la distribution – il s’agit d’une industrie qui peut fonctionner de manière sensiblement différente à l’autre bout de la crise des coronavirus.
Alors que les consommateurs se préparent à une récession et que les budgets des films progressent, quelque chose doit donner. La filiale de studio de Disney prendra inévitablement une charge unique le à partir de cette année fiscale, mais le véritable coup pourrait être à l'état de l'industrie elle-même.
                  Données de marché fournies par FactSet et Web Financial Group .
              

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *