Publié par Laisser un commentaire

Entretien avec John Hanke, PDG de Niantic, à propos du lancement de Harry Potter: Wizards Unite



À mesure que le jeu évoluait, la société derrière elle se développait. Niantic avait commencé sa vie en tant que "laboratoire" expérimental au sein de Google – un effort sur de Google pour garder le fondateur de l'équipe, John Hanke, de manières différentes de commencer sa propre affaire. Au cours des mois qui ont précédé le lancement de GO, l’équipe de Niantic a considérablement rétréci, abandonnée rapidement par Google, puis rapidement étendue… tout en essayant d’empêcher les serveurs de GO de se tasser sous la demande et de satisfaire cet afflux massif de joueurs. Vous voulez en savoir plus sur l’histoire de la société jusqu’à présent? Découvrez le Niantic EC-1 sur ExtraCrunch ici
Niantic est maintenant de retour avec son prochain titre, Harry Potter: Wizards Unite. Construit en collaboration avec WB Games, il s'agit d'une réinvention du concept de jeu basé sur la géolocalisation de Pokémon GO, à travers l'objectif de l'univers Harry Potter de JK Rowling.
J'ai eu l'occasion de retrouver John Hanke quelques minutes plus tôt. cette semaine – juste avant le lancement US / UK du jeu ce matin . Nous avons expliqué comment ils s'étaient préparés au lancement de ce jeu, comment il reposait sur une plate-forme qu'ils développaient depuis des années pour leurs autres titres et comment le partenariat de Niantic avec WB Games fonctionnait de manière créative et financière.

Greg Kumparak: Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur la façon dont tout cela est né?
John Hanke: Ouais, vous savez … nous avons d'abord travaillé Ingress, et nous pensions sur d'autres projets que nous pourrions construire. Pokémon en est un qui est apparu tôt, alors nous avons sauté sur cela – mais l’autre toujours présent depuis le début, des projets que nous voulions faire, était Harry Potter. Je veux dire, c’est universellement aimé. Mes enfants adorent les livres et les films, c’est donc quelque chose que j’ai toujours voulu faire.
Comme Pokémon, c’était une propriété intellectuelle qui nous convenait parfaitement [augmented reality]. Cette ligne de démarcation entre le monde «moldu» et le monde «magique» était très mince dans la fiction, alors imaginer briser ce quatrième mur et expérimenter cette magie grâce à AR semblait être un excellent moyen d’utiliser la technologie pour réaliser un fantastique fantasme de fan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *