Publié par Laisser un commentaire

Disney I pourrait laisser tomber Géorgie sur la loi sur l'avortement, Bob Iger dit. La réticence d’Hollywood est-elle terminée?



Pendant des années, la Géorgie a été un centre de production vital pour une chaîne de superproductions de Marvel Studios en raison de ses riches incitations fiscales et de ses studios à la pointe de la technologie. Des films de Disney tels que "Black Panther" et "Avengers: Endgame" y ont été tournés.
Mais mercredi, le directeur général de Disney, Bob Iger, avait annoncé que le géant du divertissement Burbank serait prêt à se retirer de l'état de Peach s'il avait adopté une loi anti-avortement. Prend effet. Dans une interview accordée au service de presse Reuters, Iger a déclaré qu'il serait "très difficile" de continuer à tourner en Géorgie si la loi sur l'avortement est appliquée en janvier comme prévu. Il a cité les employés de Disney dans ses remarques.
«Je doute fort que nous le ferons», a déclaré Iger. «Je pense que beaucoup de personnes qui travaillent pour nous ne voudront pas y travailler et nous devrons tenir compte de leurs souhaits à cet égard. En ce moment, nous le surveillons très attentivement. "
Il ajoute:" Je ne vois pas en quoi il est pratique pour nous de continuer à tirer là-bas "si la loi entre en vigueur.
Disney n'a pas répondu à une demande de
Iger est le personnage le plus puissant d’Hollywood à n’avoir encore fait aucune déclaration forte sur la loi géorgienne, signé plus tôt ce mois-ci par le gouverneur Brian Kemp, qui interdit les avortements dès la détection d’un battement de coeur fœtal . (Cela peut prendre jusqu'à six semaines, avant que de nombreuses femmes sachent qu'elles sont enceintes.) La Géorgie est l'un des nombreux États qui ont récemment adopté des lois anti-avortement censées défier Roe contre Wade devant la Cour suprême des États-Unis.
Studios ont beaucoup à perdre s'ils renflouent en Géorgie. L’État est connu comme «l’Hollywood du Sud» et attire les studios car il offre des crédits climatiques et fiscaux idéaux allant de à 30% aux films, aux émissions de télévision et aux fonctions numériques qui y sont tournés. L'État organise en moyenne 30 à 40 productions à la fois, dont «Stranger Things» de Netflix et «The Walking Dead» d'AMC, selon le Département du développement économique de la Géorgie.
La réaction de l'industrie du divertissement, largement libérale, à la loi géorgienne a été étonnamment atténuée jusqu'à présent . En dépit de appelant à un plus grand boycott de la production la réaction de l'entreprise a été amoindrie par rapport aux menaces précédentes d'abandonner la Géorgie en raison d'un projet de loi de 2016 sur la liberté de religion considéré comme anti-gay.
Mais des pressions ont été exercées. monter sur Disney et d'autres studios pour prendre position. Plusieurs producteurs, dont Mark Duplass, Nina Jacobson et David Simon, ont promis de ne pas filmer dans cet État. D'autres grands producteurs, dont J.J. Abrams et Jordan Peele, qui réalisent l'émission «Lovecraft Country» pour HBO en Géorgie, ont annoncé qu'ils continueraient leurs productions dans ce pays, mais qu'ils feraient don de «frais épisodiques» aux organisations luttant contre l'interdiction de l'avortement.
The Motion Picture Assn. of America, le groupe professionnel qui représente les studios, a déclaré qu'il «surveillerait l'évolution de la situation», et il a semblé que la plupart des entreprises adoptaient une approche attentiste, car les nouvelles lois sur l'avortement faisaient face à des contestations judiciaires.

Le responsable du contenu de Netflix, Ted Sarandos, dans une déclaration à Variety a également évoqué la possibilité de quitter la Géorgie si la loi survit à la justice.
beaucoup de femmes travaillent sur des productions en Géorgie, dont les droits, ainsi que des millions d’autres, seront sévèrement limités par cette loi », a déclaré Sarandos. "Si cela devait entrer en vigueur, nous repenserions l’ensemble de notre investissement en Géorgie."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *