Publié par Laisser un commentaire

Dans les cosplayers italiens de Lucca vous transportent dans un autre monde

Jusqu'au dimanche (3 novembre 2019), dans la Lucques médiévale, en Toscane, le festival, qui a été fondé en 1966 pour les bandes dessinées est devenu l'un des plus importants consacrés à la so- appelé «neuvième art», le cinéma d'animation, les jeux vidéo et la représentation des personnages.
Les rues de la ville fortifiée, les visiteurs qui totalisaient 400 000 au cours de la dernière année, voient passer les célèbres héros les personnages japonais de mangas et Marvel, DC ou Harry Potter.
"Nous voyons des films nous nous concentrons sur un personnage votre personnalité, et quand on met son costume c'est comme entrer dans sa peau, le savoir de l'intérieur, quelque chose de vraiment excitant », explique Federico Pepe, également connu sous le nom de Deadpool, l'anti-héros de Marvel, connu pour sa mégalomanie et son arrogance
Lancé dans les années 1970 aux États-Unis pour les fans de "Star Wars" ou "Sta r Trek ', le phénomène des cosplayers s'est amplifié au Japon, avec le manga, puis devient populaire dans le reste du monde.
Certains' cosplayers 'parviennent à monétiser votre image et recevez un paiement pour la promotion des marques .
D'autres choisissent de se spécialiser dans la fabrication de costumes sur mesure, certains très sophistiqués, ce qui leur permet de facture pour plusieurs milliers d'euros.
Ces dernières années, les copslayers ont commencé à inspirer les fans d'émissions de télévision comme «Games of Thrones", suivies dans plus de 170 pays.
Parmi eux se distingue Natalia Trecanova, un Russe de trente ans qui réside depuis des années à Florence, qui participe aux Lucca Comics and Games avec une robe bleue et la coiffure argentée Daenerys Targaryen l'héroïne de la saga fantastique-médiéval né de l'imagination du romancier américain [1 9459003] George RR Martin.
"J'aime tant votre personnage réservé comme autoritaire", explique le jeune cosplayeur à l'AFP.
Mais un vrai cosplayeur n'utilise pas seulement un déguisement ou un masque, mais aussi «incarne le personnage imite leurs gestes et leurs expressions, tant physiques que verbales», explique Célia de la villatte, également connue sous le nom de Narancia Ghirga, héros du manga 'Jojo's Bizarre Adventure »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *