Publié par Laisser un commentaire

Coronavirus: Nous sommes prêts à soulager les tweets après avoir passé trop de temps dans la maison



'Idiots' vus escaladant les Crags pendant le verrouillage de la pandémie
La police arrête le chauffeur de faire un voyage de 224 miles pour acheter un objet eBay – avec sa femme la botte
Nous imaginions que les prochaines semaines, peut-être des mois, impliqueraient quotidiennement Scrabble, une maison sans poussière et d'autres choses pour lesquelles nous n'avions jamais eu assez de temps auparavant.
dans sa boutique choisie, chacun avec mille pièces, toutes minuscules et stimulantes. Je m'attendais à des œuvres rurales ou à des batailles océaniques. Il s'est avéré que les seuls disponibles étaient des panoramas de Mickey Mouse.
Jusqu'à présent, cependant, nous n'avons eu aucune session de scrabble ou de puzzle. Quand il n’est pas nécessaire de se lever tôt, nous restons au lit jusqu’à 10h30 environ. Et non, ce n'est pas du sommeil ou de la passion. Il s’agit de Twitter et de Facebook.
Les médias sociaux concernent la communication, la découverte de nouvelles pas entièrement fiables, les «émissions» de dirigeants politiques, les blagues, les vidéos ou la création de potes de tweet que vous n’avez jamais rencontrés et que vous ne connaîtrez jamais. Mais surtout pour nous généralement à la retraite, sans emploi quotidien, il n'y a pas besoin de se lever et cela devient trop addictif. Il peut en être de même la nuit. Je vais me limiter à deux heures par jour, deux jours par semaine ou m'éteindre pendant une semaine entière et évaluer l'effet.
Si une personne à la retraite pense à s'inscrire (en particulier sur Twitter), je le ferais suggère honnêtement, réfléchissez-y à deux fois. Savoir limiter ses followers est une bonne idée. Sinon, cela peut perdre des heures de votre vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *