Publié par Laisser un commentaire

Comment Gyo Fujikawa a dessiné la liberté dans les livres pour enfants



Illustration du «Livre d'images de Gyo Fujikawa», publiée en 1974.
Un des premières images de « Un livre de poèmes pour enfants », une collection de 1969 illustrée par l'artiste américain Gyo Fujikawa, montre un garçon sur une colline, se dirigeant vers un village sous un soleil énorme. Ce soleil, contrairement au vrai, encourage à regarder: il est recouvert d’étonnantes oranges et de jaunes, une flore d’une beauté éclatante remplissant le ciel. Le garçon porte des lunettes de soleil rondes, une casquette et une pince à la taille. Il contemple l’harmonie tranquille du village et la merveille céleste qui l’illumine. Dans les livres pour enfants de Fujikawa – elle a illustré cinquante livres dont elle a écrit quarante et plusieurs sont encore imprimés – ces éléments apparaissent toujours en harmonie: la beauté et la puissance du monde naturel et les plaisirs terrestres des promeneurs il. Quand j'étais enfant, je savais que voir son nom sur une couverture de livre signifiait se sentir connecté à la page, être transporté – par joie, par la bonne humeur, par des humeurs et des cieux parfois orageux et par un soupçon de rêverie comme une comptine. J'ai associé son image de soleil géant aux plaisirs captivants d'une chanson préférée, «Free to Be. . . You and Me. ”Son banjo d'ouverture et son soleil jaune ont tous deux conduit à une terre“ où les enfants sont libres. ”
Fujikawa est né à Berkeley, en Californie, en 1908, de Hikozo et de Yu Fujikawa, immigrants japonais et vignerons. fermiers. Yu était une militante qui écrivait de la poésie et brodait. Au début des années vingt, les Fujikawa s'installent à Terminal Island, un village de pêcheurs situé près de San Pedro, peuplé de nombreux Américains d'origine japonaise. Dans presque toutes les écoles blanches du continent, Fujikawa avait du mal à s'intégrer – tard dans sa vie, elle a déclaré que la sienne n'était pas «une enfance particulièrement merveilleuse» – mais elle excellait dans le domaine des arts et un professeur du secondaire l'a aidée à demander une bourse. à l'Institut d'art Chouinard (maintenant CalArts), où elle a prospéré. Après un an de voyage au Japon, elle retourne à Los Angeles où, en 1939, elle est embauchée par Walt Disney Studios. Elle conçoit du matériel promotionnel pour «Fantasia» et dans un article de Glamour publié au début des années 1940 et intitulé «Girls at Work for Disney», une légende l'identifie comme étant «Gyo, une artiste japonaise . ”
L’article n’était pas le seul à ne pas reconnaître l’esprit américain de Fujikawa, d’autant plus que la Deuxième Guerre mondiale prenait de la vigueur. Un jour, Fujikawa a dit plus tard à un intervieweur, Walt Disney «est venu me voir spécialement. . . . Il a dit: «Comment ça va? Je m'inquiète pour toi. '”Elle a dit qu'elle allait bien, et que lorsque des gens lui ont demandé de quelle nationalité elle était,“' je leur dis la vérité ou je leur ai fait de gros mensonges, comme à moitié chinois et à moitié japonais, ou une partie de coréen, une partie de chinois et une partie de japonais. "Il a dit:" Pourquoi devez-vous faire ça? Pour l'amour de Dieu, vous êtes un citoyen américain. »En 1941, elle fut envoyée à New York pour travailler dans les studios de Disney. au début de 1942, ses parents et son frère, ainsi que de nombreux Américains d'origine japonaise sur la côte ouest, ont été envoyés dans des camps d'internement. Les Fujikawas ont été envoyés sur le circuit de Santa Anita, où ils vivaient dans des stalles à chevaux, puis dans un camp à Jerome, dans l'Arkansas. Fujikawa leur rendit visite et trouva ce qu'elle décrivait comme «du fil de fer barbelé et une sentinelle marchant autour du mur avec une baïonnette».
De retour à New York, le cœur brisé et se sentant coupable de sa propre liberté, Fujikawa continua de se frayer un chemin. monde de l'art commercial. En 1957, elle fut chargée d’illustrer une nouvelle édition de « Un jardin de versets pour enfants de Robert Louis Stevenson. On lui paya un montant forfaitaire, comme à son habitude; le livre a été un succès; et elle a refusé des travaux futurs jusqu'à ce que la société accepte de payer ses redevances. Cela a été le cas et sa carrière a été florissante, de même que sa créativité. Elle a illustré « La nuit avant Noël » (1961) et, en 1963, son premier livre original, « Babies ». Elle a déclaré à l'éditeur qu'elle souhaitait montrer «un décor international des bébés – des petits bébés noirs, des bébés asiatiques, toutes sortes de bébés. »L'éditeur hésitait, craignant que des images de bébés noirs nuisent aux ventes dans le Sud. Fujikawa a tenu bon, «Babies» a été publié comme elle le souhaitait et le livre est devenu un best-seller. Avec un livre d'accompagnement, " Baby Animals ", il s'est depuis vendu à plus de deux millions d'exemplaires. Les bébés de Fujikawa – roux, portant un kimono, se chamaillant, assis dans une chambre à coucher ou autrement – continuent de se rouler aimablement dans des cahiers de planches, distinctifs et universels à la fois.
Texte et illustration de «Oh, quel monde occupé Day! ”
Dans les décennies qui suivirent, les illustrations de Fujikawa décrivaient des enfants de toutes sortes, des aventures de toutes sortes, souvent dans des cadres naturels transcendants. Les visages des enfants peuvent parfois ressembler au travail de publicité que Fujikawa a réalisé pour Beech-Nut et d’autres marques: ils sont expressifs mais simplement rendus, avec des points noirs pour les yeux et des traits presque souriants. Pourtant, ils sont concentrés et intentionnels, expressifs, actifs. Les pages de ses livres alternent souvent entre des pages en noir et blanc d'illustrations parsemées de hachures et des couleurs superbes d'un tableau, représentant souvent une scène panoramique: une ville et un hélicoptère au-dessus, une fille sous un énorme saule à feuilles vertes arbre un jour venteux; un enfant qui dort confortablement dans un hamac fait d'une feuille, sous une couette en patchwork, accompagné d'une fée. Dans « Oh, quel jour occupé! » (1976), nous voyons un groupe d'enfants turbulents dans une cabane dans les arbres, sous un ciel verdoyant et orageux, jouant et observant la pluie. Il y a une pancarte dans la cabane dans les arbres et « NO GIRLZ ALLOWED » n'est pas: il est écrit « MEMBERS ONLY » et les membres forment un groupe multiethnique. des garçons et des filles, communiquant avec bonheur avec des oiseaux, un chat et un écureuil. Dans «Le livre de poèmes d'un enfant», Wynken, Blynken et Nod, petits garçons noirs vêtus d'un pyjama confortable, pilotent un bateau à chaussures hollandais dans un ciel nocturne étoilé.
Fujikawa n'a pas insisté pour que tous ses enfants soient joyeux. Dans « Le livre d'images de Aero Z de [GyoFujikawa» (1974), sur la première étendue peinte, une jeune fille se tient dans un marais, ne semblant ni heureuse ni triste, les mains dans les poches, regardant une grenouille sur un rocher . «A est pour seul, tout seul», lit-on dans le texte. «Salut, là, grenouille! Puis-je jouer avec vous? »Nous apprenons la solitude et la solitude sont des choses naturelles. Plus tard, à «F», nous voyons un garçon penché sur un crapaud, regardant deux fées: «F est pour les amis, les fées, les fleurs, les poissons et les grenouilles». Toutes ces humeurs sont présentées avec acceptation, juste comme sa place Les illustrations illustrent de nombreux éléments agréables du catalogue mondial: «M» désigne l'orignal, le souci, le lait, l'oiseau moqueur et le moo goo gai pan.
Texte et illustration de «Le livre d'images A à Z de Gyo Fujikawa».
Fujikawa est décédée en 1998, à l'âge de quatre-vingt-dix ans, et ses nécrologies dans les Times et les LA Times ont éclairé son récit de vie. Mais, considérant que son travail fascine les enfants depuis plusieurs décennies, j'ai été surprise de ne pas voir plus d'éloges pour elle à l'âge adulte – pas d'articles ou d'expositions, ni de calendriers, ni de sacs fourre-tout ni de chaussettes – comme je le fais avec d'autres enfants formidables. artistes de livres, tels que Garth Williams Arnold Lobel de Virginia Lee Burton Margaret Wise Brown, de William Steig

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *